La pratique du zen

Les critères

Pour qu'il y ait une relation maitre-disciple avec Christian, ce dernier retient cinq critères.

1) Le disciple doit se déclarer explicitement comme disciple.

2) Dans la mesure du possible, il doit venir régulièrement aux sesshins organisées par l'Azne.

3) S'il n'est pas déjà ordonné par un autre godo, il doit demander l'ordination à Christian.

4) Il doit être en accord avec l'enseignement dispensé.

5) Enfin, Il doit être accepté comme disciple par Christian.

Insistons sur un point important : il ressort de ce qui précède que tout pratiquant peut venir en sesshin au sein de l'AZNE sans craindre de se trouver enrôlé dans une relation maitre-disciple qu'il ne souhaite pas.

Le disciple

En fait, tout pratiquant du zen qui débute devrait se poser la question de savoir s'il a la capacité d'être disciple. C'est-à-dire la capacité de suivre un maitre, de renoncer à son petit égo et de se soumettre à un enseignement.

Trop souvent, l'on voit des débutants arriver, qui ont la prétention d'expliquer aux anciens ce qu'est le zen. On leur dit blanc, ils disent noir, on leur dit noir, ils répondent blanc. Ces gens-là en fait sont incapables de suivre la Voie.

Il en est même qui prétendent ne pas avancer sur ladite Voie. Mais, comment peuvent-ils savoir s'ils avancent ou non ? Il est impossible de déterminer où l'on en est sur un chemin que l'on n'a jamais parcouru.

Alors, ils quittent le maitre et souvent se croient obligés de donner des raisons à leur départ, sans comprendre que, du point de vue de la Voie, leurs raisons sont complètement illusoires et donc fausses.

Le véritable disciple ne cherche pas à entrer dans un club, à se faire des amis, à cultiver un prétendu développement personnel. Au contraire, il est complètement mu par l'esprit d'éveil.

Le maitre

Bodhidharma et Eka

Il doit être certifié par son maitre de la transmission, qui lui-même a été certifié, tout cela dans une filiation ininterrompue qui remonte au Bouddha. Cette certification a pour but d'éliminer, autant que faire se peut, les pseudo gourous qui s'autocertifient et ne sont en fait que des experts agréés par eux-mêmes.

La fonction principale du maitre est de guider le disciple sur la Voie, de l'aider à éclairer ses illusions et de le mettre en garde contre les obstacles et les pièges.

La relation maitre-disciple

Elle repose finalement sur la confiance qui doit prévaloir entre le maitre et le disciple, entre lesquels une espèce de résonnance s'établit, comme deux instruments de musique dont chacun entre en résonnance avec la note produite par l'autre.

Ultimement, il y a disparition du disciple et du maitre dans l'unité retrouvée entre les deux.

Le guide spirituel

Soulignons que le terme de maitre ne se comprend que dans la relation duelle de maitre et disciple. Au sens propre, selon l'enseignement du zen, il ne peut y avoir de maitre, car par essence, il n'est personne qui maitrise quoi que ce soit.

Aussi est-il préférable de parler de guide spirituel. Ce dernier peut alors être comparé à un guide de haute montagne qui, après avoir atteint le sommet, en connait toutes les impasses, les crevasses et les dangers.

© 2019 AZNE - Tous droits réservés
Association Zen Nuage & Eau - Association loi 1901
Dernière mise à jour le : 26 02 2018